SOGELUX : Le Leader de l’Equipement Electrique en Côte d’Ivoire

Interview avec Hassan Ghandour, Directeur Général de SOGELUX (Société Générale d’Electricité de Luxe)

Votre entreprise se trouve au cœur du processus de développement des infrastructures et de croissance générale de l’économie de la Côte d’Ivoire.

Notre entreprise se limite à une partie de l’infrastructure qui est l’électricité. Mais en tant que plus grand distributeur dans ce domaine, elle est en effet l’un des acteurs principaux du développement économique de la Côte d’Ivoire.

Pouvez-vous nous donner un bref historique de votre entreprise et décrire en quoi consiste votre activité ?

Notre objectif premier est de maintenir notre position de leader, d’abord à Abidjan et en Côte d’Ivoire. Et nous souhaitons nous développer progressivement en dehors du pays et toucher toute la sous-région.

J’ai commencé à travailler dans le secteur de l’électricité en 1987. SOGELUX a été fondée en 2003 pendant la guerre civile ivoirienne et n’était qu’une petite structure. Elle constitue aujourd’hui la plus grande société ivoirienne du secteur de l’électricité et représente au niveau national des marques comme ABB, Schneider, Legrand, Nexans ou Philipps. Notre activité couvre 70 % des projets d’électrification rurale en Côte d’Ivoire. Bien que la concurrence soit présente, notre groupe est actuellement leader dans l’équipement électrique pour les industries et le bâtiment. Notre objectif est de maintenir notre position malgré nos nombreux concurrents. Depuis 2012, la croissance est au rendez-vous, notre activité se développe et bénéficie notamment de l’intérêt d’investisseurs internationaux.

Les événements de janvier ont-ils affecté votre secteur?

Les répercussions sur notre activité se sont cantonnées au mois de janvier 2017. Dès le mois de février, la situation s’est de nouveau normalisée pour nous et notre activité a repris son essor.

Quels sont les vecteurs de croissance pour votre entreprise ?

Le retrait des entreprises françaises causé par le début du conflit ivoirien en 2002 a généré de nombreuses opportunités pour notre entreprise naissante. Le réseau électrique ivoirien a été fortement endommagé par la guerre puis la crise de 2010-2011. Nous avons profité de cette situation et du redémarrage de l’économie pour développer notre activité, notamment en milieu rural, à partir de fin 2011. Depuis cette date, notre entreprise n’a cessé de croître pour devenir aujourd’hui le leader sur le marché et remplacer les groupes français. Nous nous appuyons également sur de forts partenariats avec nos fournisseurs. Nous sommes les fournisseurs agréés de Nexans, Schneider, ABB et Legrand, ce qui représente pour nous un avantage considérable car ces grandes marques inspirent la confiance auprès de notre clientèle – Legrand dans le secteur du bâtiment, Schneider et ABB auprès des industries. Or Schneider et ABB représentent les deux plus grands concurrents au niveau mondial.

Depuis 2012, vous avez mis en place un programme de formation.

Le programme de formation porte principalement sur les normes en électricité. Il est important de former les électriciens ivoiriens sur les normes NF, sur l’utilisation du matériel et les nouvelles techniques développées par Legrand, Schneider ou d’autres groupes. Nous avons la chance de pouvoir accueillir chez nous des collaborateurs de ces sociétés qui viennent encadrer la formation. Nous avons commencé le programme avec Legrand fin 2012, puis Nexans nous a permis d’organiser notre plus grande formation jusqu’à maintenant, pour un public de 300 personnes, en novembre 2012. D’autres formations ont suivi en collaboration avec ABB et Scheider. Je précise que les formations sont toujours données par les équipes de nos partenaires. Notre rôle se limite au cadre organisationnel, nous mettons par exemple des salles de formation à disposition pour accueillir intervenants et participants. Les formations visent à favoriser l’acquisition de connaissances en matière de matériel électrique, à présenter les avantages du remplacement de matériel obsolète par du matériel récent ainsi que l’évolution des normes. Elles sont suivies par une moyenne de 100 électriciens par an. Les 22 et 23 mars dernier, grâce à la contribution de Nexans, une formation de 2 jours a eu lieu chez nous. Deux groupes, respectivement composés de 50 participants, ont eu la chance d’en bénéficier.

Quels sont vos objectifs géographiques ? Souhaitez-vous vous développer en dehors d’Abidjan et de la Côte d’Ivoire ?

Notre objectif premier est de maintenir notre position de leader, d’abord à Abidjan et en Côte d’Ivoire. Et même si le projet a été temporairement mis entre parenthèses, nous souhaitons nous développer progressivement en dehors du pays et toucher toute la sous-région – le Burkina Faso, Togo, le Bénin, le Mali, où nous sommes déjà en partie présents via des livraisons directes ou des participations à des chantiers.

Quels sont les défis qui se présentent à vous actuellement ?

En tant que première société d’électricité ivoirienne certifiée ISO, nous devons lutter contre les nombreuses contrefaçons en circulation dans le pays. Cette concurrence illégale constitue notre plus grand défi aujourd’hui. Nous nous associons à Legrand et Schneider, les deux marques les plus touchées par le phénomène, pour élaborer une stratégie permettant d’y mettre fin. Nous avons mis en place des mesures en termes de communication et de distribution des produits que nous vendons, afin que nos clients puissent accéder plus facilement à la marchandise originale. Nous collaborons également avec les organisations en charge des contrôles de conformité en Côte d’Ivoire – comme le LBTP (Laboratoire des Bâtiments et des Travaux Publics) – car, dans la mesure où il ne s’agit pas de nos propres produits mais de ceux de nos partenaires, nous ne sommes pas autorisés à agir directement.

Quelle est votre stratégie en matière de certification ?

Les attentes en termes de certification sont de plus en plus élevées de la part de nos clients et partenaires. Nous sommes certifiés et revendeurs agréés des marques que nous distribuons. C’est également ce qui fait notre force aujourd’hui.

Quelle est votre ambition pour les deux à trois prochaines années ? Comment souhaitez-vous développer votre société ?

Nous voulons nous concentrer sur le processus d’informatisation de l’entreprise et de ses opérations. Les commandes par fax sont aujourd’hui dépassées et remplacées par les commandes par voie électronique. Nous en sommes encore à la phase de test et devrions achever ce projet d’ici à 2020. Par ailleurs, bien que nous ne bénéficiions pas des mêmes conditions de marché qu’en Europe, nous souhaitons optimiser le rapport qualité-prix et la disponibilité de nos produits, pour que nos clients aient facilement accès à des produits de qualité à moindre coût. Nous avons entamé un projet avec Legrand dans ce sens, pour commercialiser prochainement en Côte d’Ivoire des kits solaires de la marque à un prix raisonnable. Enfin, la part du secteur rural dans notre activité devrait diminuer dans les trois prochaines années et de nouvelles activités vont venir s’ajouter, notamment dans le domaine de la fibre optique qui se développe dans le pays et remplace progressivement les câbles informatiques. Legrand est de nouveau notre partenaire principal à ce niveau et d’ici à 2020, nous espérons offrir aussi dans ce secteur un niveau de qualité élevé pour un prix correct.

0 Comments